vendredi 21 juillet 2017

mercredi 19 juillet 2017

Young girl eating a bird (the pleasure) 
Rene Magritte 1927 

Your problem is you’re too busy holding onto your unworthiness


Ram Dass

mardi 18 juillet 2017

Miro

Bilbao, Espagne 1937

lundi 17 juillet 2017

Boris Deutsch 
The Tailor. 1927





Par le langage, l'homme s'est fait le plus solitaire des êtres du monde, puisqu'il s'est exclu du silence.

Le Clézio

dimanche 16 juillet 2017

Aimer, brûler. Sans limite, sans mesure, être celui qui est hors du temps, hors des lois des hommes, hors du cadastre. Brûler d’une simple flamme claire aux rayons qui vont toucher l’infini réel, brûler de sa vie. Espérer, peut-être. Mais être hors de soi-même, avoir franchi sa propre frontière, pour entrer dans l’inconnu, dans la beauté nouvelle.

Je cherche ceux dont le regard brûle ainsi, leur lumière m’attire comme une clarté réelle. Leur regard contient la force même de la vie, à la fois spectacle et acte. Les mesures temporelles n’existent plus guère. Il n’y a plus de passé, plus d’imaginaire. C’est comme si tout était inachevé, et en même temps évident, tangible, pareil au destin écrit dans les livres. Ceux dont le regard brûle ainsi sont déjà au-delà du monde, car leur regard éclaire jusqu’à la fin de toute durée…


L'inconnu sur la terre
 J’ai reçu la vie comme une blessure, et j’ai défendu au suicide d’en guérir la cicatrice. Je veux que le Créateur en contemple, à chaque heure de son éternité, la crevasse béante. C’est le châtiment que je lui inflige.
Ma poésie ne consistera qu'à attaquer, par tous les moyens, l'homme, cette bête fauve, et le Créateur, qui n'aurait pas dû engendrer une pareille vermine.

I.D.

samedi 15 juillet 2017