samedi 2 juillet 2016

Il reste toujours en quelque endroit discret, une flamme à l’affût du moindre fétu de paille et qui refuse obstinément de s’éteindre, ivre d’incendie.

1 commentaire:

Edmond Jabès a dit…

Au bout, qui t'attend ? - Personne. Qui te feuillettera, te déchiffrera, t'aimera ? - Sans doute, personne. Tu es seul dans la nuit ; seul au monde. Ta solitude est celle de la mort. Un pas encore. Quelqu'un viendra peut-être, perforera le mur ; trouvera, pour toi, le chemin. Hélas ! Nul ne s'y hasardera. Le livre porte ton nom. Ton nom s'est replié sur soi-même, comme la main sur l'arme blanche.